Cette technique permet de replacer la personne dans son environnement et définir en quoi celui-ci influence son comportement.
Cela revient à dire que l’attitude d’une personne résulte d’une cocontruction avec le monde qui l’entoure.

Quelques principes de l’approche systémique.

Dans l’approche systémique on parle de système, de but, de contexte, d’objet, de relation entre les objets.

Un système :

Définition:
« Complexe d’élément en interaction » de Von Bertalanffy
« Unité globale organisée d’interactions entre éléments, action, ou individus » de Edgar Morin
« Ensemble d’éléments en interaction dynamique, organisé en fonction d’un but  » de Joël de Rosnay.
« Ensemble constitué par des éléments qui sont en interaction, ainsi que les interactions elles-mêmes » de J-C Benoit et Coll.

Un système a des limites, des frontières, par exemple une famille est toujours une sous famille d’une famille plus grande, on peut s’arrêter au enfant, aux cousins, aux petits cousins. Et ainsi de suite, les frontières d’un système font partie de la problématique liée au système. Le fait de travailler sur ses limites peut changer la perception des problèmes.
Plus le système est grand et plus il y a d’informations à gérer.

Le but :

Le système n’existe qu’au travers d’un but, il devient le filtre des informations du système. Il y a le But conscient, et tous les autres. Donc il y a plusieurs filtres d’informations ce qui complique vite le système.

Le contexte :

c’est l’environnement présent, passé ou future, externe ou interne.
« Les différents contextes nous déterminent tout autant que nous cherchons à les organiser » Edgar Morin

L’objet :

cela peut être une personne, un objet, un animal….vivant ou mort.

Les relations :

les relations sont très importantes dans l’approche systémique, parce que ce sont les relations qui relient les objets entre eux.
L’homme existe et crée des relations ou/et les relations créent la personne.
Les relations peuvent être : égalitaires, non égalitaires, disfonctionnelles ou en rupture.